San Cristóbal de La Laguna

San Cristóbal de La Laguna

San Cristobal de La Laguna est la deuxième ville de l’île de Tenerife. Cité classée au patrimoine mondial de l’Unesco, ce sont surtout ses beaux édifices historiques et ses maisons à balcons qui font le charme des lieux.

San Cristobal de La Laguna est une ville étudiante depuis le 16ème siècle. La vie y est animée toute l’année. La proximité avec les moyens de transport, la richesse du patrimoine bâti et la nature à deux pas en font un lieu recherché et apprécié des locaux et des vacanciers. En plus de sa forte population estudiantine, San Cristobal de La Laguna met en avant deux figures historiques qui rappellent que l’Espagne a participé à la grande épopée vers le nouveau Monde à la grande époque de la marine : le missionnaire et saint José de Anchieta qui a évangélisé une partie du Brésil et a fondé Rio de Janeiro et Sao Paulo ainsi que le corsaire Amaro Pargo qui a participé à la flotte des Indes.

San Cristóbal de La Laguna

Vue de la ville depuis le mirador de San Roque

Les rues piétonnes sont très agréables : pleines de vie, avec de nombreux commerces et entourées de dizaines de bâtiments historiques qui rappellent l’époque des Lumières. Pour découvrir la ville, rien de mieux que de s’y balader à pied. La plupart des richesses historiques se concentre sur une zone très réduite. Des circuits sont proposés par les institutionnels locaux avec parfois des visites gratuites.

La ville se situe au Nord de l’île en retrait de la capitale Santa Cruz de Tenerife et presque à égale distance de la mer à l’est et à l’ouest. L’environnement est urbain et plutôt plat. Non loin se trouve des champs cultivées, l’aéroport de Tenerife Nord et les collines recouvertes de forêts du Parc Rural de Anaga. 30000 personnes habitent dans la ville mais en comptant l’agglomération, le nombre cumulé d’habitants dépasse les 150000 personnes.

Histoire de la ville

San Cristóbal de La Laguna

Ruelles colorées de San Cristobal avec le clocher de l’église Iglesia de la Concepción

À l’époque Guanche, la lagune d’Aguerre (disparue depuis le 19ème siècle) était un lieu de pèlerinage. Des traces de plus de 2000 ans y ont été retrouvées. Lors de la conquête de l’île, la bataille de La Laguna vit se battre aborigènes autochtones contre les conquérants castillans. Cette bataille qui eut lieu le 14 novembre 1495 affaiblit le peuple attaqué et fût une étape décisive dans la domination des conquérants sur l’île.

Naviguable, la lagune s’étendait à l’est de la cité. Drainée puis petit à petit asséchée à partir du 18ème siècle, la lagune survécut en tant que marais inondé lors de fortes pluies pour être finalement complètement asséchée. Elle est aujourd’hui recouverte par la ville.

À partir de la fin du 15ème siècle, la ville commence à s’étendre. Les forêts proches furent abattues et des champs mis en culture. En parallèle, la petite cité attire et devient capitale de l’île. L’élite s’y presse et pendant plusieurs dizaines d’années les arts, la science, l’architecture participe au rayonnement de la ville. En 1701, la première université des Canaries sort de terre à San Cristobal. Appelée « Florence des Canaries » à cause du nombre important d’édifices religieux, la cité devient le creuset local de la révolution des Lumières.

En 1582, la peste s’abat sur la ville et plusieurs milliers de personnes succombent.

À partir du 19ème siècle, la ville perd son attrait au profit de Santa Cruz dont le port devient un aimant et un élément incontournable de l’économie insulaire. Vivant sur ses les restes de sa gloire passée, la ville de San Cristobal de La Laguna continue de se dépeupler même si depuis le début du 20ème siècle, la ville retrouve de l’intérêt auprès des habitants avec une croissance démographique marquée et une urbanisation qui s’étend notamment en dehors du centre historique.

Architecture de San Cristobal

San Cristóbal de La Laguna

Théâtre Leal à San Cristóbal de La Laguna

La ville de San Cristobal de La Laguna fait tout de suite penser aux villes coloniales d’Amérique centrale et d’Amérique du Sud : couleurs, organisation générale, plan de ville… En effet, le plan de la ville servit comme modèle au nouveau Monde. C’est d’ailleurs pourquoi le centre historique de La Laguna est recensé au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1999.

La ville haute, située proche de la lagune est le centre historique. 1km à l’est se trouve la ville basse organisée en damier. C’est cette ville basse qui a une valeur exceptionnelle et qui a permis d’inscrire la ville au patrimoine mondial de l’Unesco. Conçue comme une cité-territoire idéale autour de la place principale (Plaza del Adelantado), la ville a été pensé pour répondre à des principes philosophiques. Première ville avec un plan en damier sans fortification, l’idée sera ensuite réutilisée dans 8 villes de l’archipel puis aux Amériques. Ces villes avec plan en damier seront toutes construites sur des territoires vierges et serviront à s’approprier les territoires coloniaux.

Plus de 500 ans après sa construction, la ville basse de San Cristobal de La Laguna a conservé ses tracés originaux, ses monuments, ses façades d’époque et son authenticité. Sur plus de 60 hectares se dégage une harmonie entre les constructions et plus de 620 bâtiments sont aujourd’hui classés et protégés. Sur le total, 360 datent du 16ème, 17ème et 18ème siècle et sont d’architecture mudéjare. Une petite centaine de bâtiments datent du 19ème siècle et 170 ont été bâtis avant 1950. L’immense majorité des bâtiments ont été utilisés et habités en permanence.

Patrimoine de San Cristobal

San Cristóbal de La Laguna

Détail à l’intérieur de l’église Santo Domingo de Guzmán

La vieille ville et ses bâtiments historiques ont bénéficié à plein des richesses et du développement des techniques liés à la renaissance. À San Cristobal, on trouve de très nombreuses églises, couvents et monuments d’influence baroque. Au total, plus de 25 monuments sont recensés (la plupart sont religieux) ainsi que deux sites archéologiques, des lieux d’intérêts historiques et artistiques, plus de 10 parcs et jardins, une grosse dizaine de musées et lieux d’exposition.

Fêtes locales

Les principales fêtes de San Cristobal sont liées à des événements religieux :

  • 40 jours après le Carême, la semaine sainte de San Cristobal est très chère pour les locaux ;
  • 60 jours après Pâques, à la fin du printemps se tient Corpus Christi ou fête des fleurs. La procession se fait sur des tapis des fleurs. La fête-Dieu existe depuis le 15ème siècle et la tradition des fleurs depuis 1 siècle ;
  • Le deuxième dimanche de juillet a lieu le pèlerinage de San Benito Abad. Costumes folkloriques, distribution de nourriture aux spectateurs, processions… la petite fête des agriculteurs pour s’assurer une bonne récolte est devenue un des pèlerinage les plus importants d’Espagne ;
  • En septembre se tiennent les fêtes du Saint-Christ de La Laguna. C’est la fête la plus importante ;

On retrouve des événements de moindre importance avec des temps forts quasiment tous les mois et seulement quelques événements non religieux : la cavalcades des rois de La Laguna et le carnaval qui se tiennent en janvier et février.

Au abords de San Cristobal de La Laguna

San Cristóbal de La Laguna, parc fleuri

Fleurs et arbres dans un parc de San Cristobal

  • Le long de la côte, des piscines naturelles sont appréciés des baigneurs. La ville de Bajamar, située au nord est la station balnéaire locale la plus prisée et les touristes se mélangent aux locaux pour des bains de soleil et d’océan tout au long de l’année. D’autres plages sont facilement accessible (toujours au nord) notamment Punta del Hidalgo et les plages en direction de l’ouest de l’île ;
  • Au nord-est, le parque Rural de Anaga se situé à moins de 5km. Sur sa route se trouve le mirador Cruz del Carmen ;
  • La capitale de l’île, Santa Cruz se trouve à moins de 2km en direction du sud ;
  • Plusieurs sites archéologiques permettent de voir des gravures rupestres (Gracia, La Barranquera, Barranco de Chamarta…) ;
  • Des sentiers homologués permettent de s’éloigner de la ville à pied et de découvrir les alentours.

Venir à San Cristobal

  • L’aéroport de Tenerife Nord se trouve à Los Rodeos au nord de San Cristobal. L’accès y est aisé ;
  • Depuis les autres lieux de l’île, San Cristobal est accessible via les autoroutes TF-2 et TF-5 ;
  • Pour les arrivées en bateau, il faudra débarquer à Santa Cruz de Tenerife ;
  • Un tramway et des bus (les guaguas) permettent de se déplacer facilement en laissant son véhicule à l’entrée de la ville.

Bon à savoir

  • L’office de tourisme se situe dans la vieille ville de San Cristobal et est facile à trouver mais le personnel ne parle pas forcément anglais ;
  • Ici c’est l’Espagne et en début d’après-midi (jusqu’à 17h quand même), la ville peut sembler morte. C’est l’heure de la sieste. Après, tout rouvre et la ville s’anime de nouveau ;
  • Les bâtiments religieux et les monuments s’admirent… de l’extérieur pour beaucoup. La ville est vivante et les lieux sont habités.