La Gomera, petite île abrupte et sauvage

Découvrir La Gomera

L’île de La Gomera est la plus grande des petites îles des Canaries. Faisant seulement 20km de large, elle est particulièrement escarpée , recouverte de végétation luxuriante sur les hauteurs et bordée de plages de sable noir. Recherchée pour son aspect sauvage, l’île est facile d’accès et assez peu touchée par le tourisme de masse car les plages accessibles et sécurisées y sont rares. Ceci-dit, la plongée et le kayak y sont des activités très prisées.

Quasiment ronde l' »île magique » est sillonnée de nombreux sentiers de randonnées. Peu peuplée, son centre abrite le parc national de Garajonay et sa végétation subtropicale. Elle est d’ailleurs classée comme zone de biosphère. On y trouve 5 autres zones protégées et des paysages grandioses. S’élevant jusqu’à presque 1500m, on constate de grands écarts de température (15 degrés entre le niveau de la mer et les sommets) et de météo (soleil en bord d’océan et brumes à couper au couteau dans les hauteurs).

Le tourisme a le vent en poupe sur La Gomera même si traditionnellement l’île a sû être autosuffisante et a même exporté ses productions agricoles de fruits exotiques et de légumes.

Les stations balnéaires

3 stations se partagent la majorité des flux touristiques. Il s’agit de Santa Catalina au Nord entourée de bananeraies, de Playa Santiago au Sud et proche de l’aéroport et de Valle Gran Rey à l’Ouest de l’île qui est la plus importante des 3 destinations.

Ici l’économie et les infrastructures touristiques ont gardé un visage humain et les plages tout comme les commerces et les activités permettent de passer des vacances plutôt tranquilles.

Pour se déplacer sur l’île, bus et voitures de location fonctionnent bien mais tout passe par le centre (il n’y a pas de route périphérique).

El Silbo

Comment feriez-vous si vous deviez échanger avec des habitants situés sur l’autre versant d’une vallée abrupte sachant que les voitures, le téléphone ou les emails n’existent pas ? Les gomeros ont trouvé une réponse originale et pourtant fort efficace : en sifflant.

Le Silbo, langage sifflé qui porte à presque 10km et qui permet de tenir une conversation entière est une des richesses et tradition de l’île de La Gomera. Inscrite au patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO, le Silbo est désormais enseigné dans les écoles canariennes.

Los Organos

L’activité volcanique produit des sculptures incroyables. C’est le cas avec les falaises en forme de tubes d’orgues située au Nord de Vallehermoso qui plongent dans la mer depuis une centaine de mer.

Uniquement visible depuis bateau, les orgues de Los Organos valent vraiment le détour et sont à coupler avec une petite plongée ou une expédition à la découverte des cétacés qui nagent au large de l’île.

Randonnées

600km de sentiers parcourent l’île. Sauvage, les itinéraires n’en sont pas moins variés et accessibles à tous les niveaux. La nature s’appréciant mieux lorsque l’on prend le temps, la marche permet de découvrir toute la richesse des paysages locaux. Et de la variété, il y en a : en fonction des faces de l’île, en fonction de l’altitude, en fonction des parcours…

Laurisilva

La forêt primaire du Parc National de Garajonay cache une vraie merveille : une forêt intouchée par l’homme depuis des milliers d’années avec des arbres (des lauriers) et des plantes que l’on ne retrouve nul part ailleurs et qui nous donnent un aperçu de la végétation de la préhistoire. De quoi se sentir tout petit face à cette végétation d’un vert intense.

Photo : Reinhard Link