Éruption volcanique sur La Palma

L’île de La Palma a obtenu pendant quelques jours une forte exposition médiatique. Une éruption volcanique s’est déclarée dans le Sud-Ouest de l’île sur les flancs du volcan Cumbre Vieja. De type strombolien, ce volcan culminant à 1944m, éteint depuis 50 ans et âgé de plus de 125000 ans a décidé de se réveiller le 19 septembre. Pendant plus d’un mois, il aura été actif et aura généré des coulées de lave jusqu’à la mer. Les scientifiques prévoient que le volcan pourrait rester actif pendant encore plusieurs semaines.

Au total, fin septembre, le volcan n’aura fait aucun blessé, aucun mort mais aura détruit plusieurs kilomètres de routes et d’infrastructures dont 400 bâtiments – essentiellement des maisons d’habitation – 200 installations sportives et 300 exploitations agricoles. 46 millions de m3 de magma auront été expulsés durant cette éruption.

Le Sud de l’île de La Palma était sous surveillance particulière depuis plusieurs mois et tout s’est accéléré à partir du 11 septembre. Plusieurs dizaines de mouvements sismiques ont été recensés. Dans les jours qui suivirent ce furent plusieurs milliers de mouvements sismiques autour du Cumbre Vieja qui ont incité les autorités à activer les alertes d’urgence liées au risque volcanique. Tout c’est ensuite accéléré avec des tremblements de terres plus forts et une hausse de 15cm de la croûte terrestre de façon localisée. À partir de 14h, le 19 septembre, le volcan est entré en éruption. 10 jours plus tard, la coulée atteint la mer et forme une plateforme de 500m de large sur l’océan.

Le volcanisme est fréquent aux Canaries et les équipes scientifiques suivent de près les signaux envoyés par la terre. La dernière éruption sur l’archipel a eu lieu il y a 10 ans seulement. Les Canaries sont des îles volcaniques et les îles les plus à l’Ouest sont les plus jeunes et les plus actives. Malgré cette menace, les éruptions locales ne sont pas très risquées. Les volcans sur place ne génèrent pas d’éruptions explosives. Lorsque la lave sort de terre, c’est sous une forme liquide qui se dirige vers le point le plus bas : la mer. Il est donc assez facile de définir les zones ou les coulées vont passer et il n’y a pas besoin d’évacuer de grandes zones. Les vapeurs et les gaz s’évacuent facilement sous la forme de feux d’artifices. C’est impressionnant mais peu dangereux.

Les vols aériens ne sont pas suspendus et il est possible de venir en vacances aux Canaries (aussi bien sur La Palma que sur les autres îles de l’archipel). C’est pourquoi, seules les zones situées sur les chemins possibles de la lave ont été évacués. Le reste de l’île (l’immense majorité) et les autres îles continuent à vivre normalement. Il n’y a pas non plus de risque de nuages dangereux qui pourrait se déplacer au gré des vents. Bref, rien de très alarmant pour les insulaires qui sont habitués à vivre à côté de volcans et pas de contraintes particulières pour le tourisme.