Bivouac et camping sauvages sont-ils autorisés aux Canaries ?

Sur les îles Canaries, les campings sont rares. Et en même temps, les grandes randonnées sur plusieurs jours sont nombreuses. Est-il possible de bivouaquer ? Est-il possible de planter sa tente en dehors des zones habilitées ? Est-il possible de dormir sur la plage ?

Dormir en pleine nature est magique aux Canaries. Et ce n’est pas une tournure de style. Du fait de l’atmosphère particulièrement pure, grâce à la faible pollution lumineuse, le ciel de nuit est extraordinaire. Ce n’est pas pour rien qu’il y a 2 observatoires astronomiques sur l’archipel et des chercheurs du monde entier qui viennent scruter le ciel depuis l’archipel. Passer une nuit sous les étoiles est donc une très belle expérience à vivre aux Canaries. Attention, cependant : il y a des nuages ici aussi et le ciel étoilé n’est pas garanti. Mais lorsque les nuages s’en vont, la voie lactée est ici, plus belle qu’ailleurs.

Les applications dédiées type Park4Night recensent des centaines de spots ou passer la nuit. La plupart proviennent de conseils de particuliers et reposent sur le « pas vu, pas pris ».

Le camping sauvage est interdit sur l’archipel des Canaries. C’est le cas aussi bien en pleine nature que sur la plage. La Guardia Civil surveille. Dans les parcs et les zones protégées (qui sont très nombreux), les patrouilles de rangers sont permanentes. Les amendes sont proportionnelles au m2 du campement. C’est surtout en été que la situation est tendue.

Le but est de protéger les écosystèmes fragiles, d’une part, et les campeurs des feux de forêt d’autre part – il y a eu plusieurs accidents graves et des feux de forêt importantes à cause de campeurs négligents. La beauté des Canaries tient aussi au fait que les locaux sont fermes par rapport au camping sauvage : s’il y avait des tentes sur les plages, des vans en pleine nature et des feux de camp un peu partout, est-ce que la destination serait toujours aussi belle ?

Pour camper, il reste donc :

  • Les campings ;
  • Les aires de camping le long des sentiers principaux ;
  • Les abords des hébergements de grand passage parfois notés « zonas recreativas » ou il est toléré de planter sa tente ;
  • Les terrains privés avec autorisation (demande de permis à faire dans les bureaux d’enregistrement et services aux citoyens – jusqu’à 1 semaine d’attente).