Candelaria

Candelaria

Candelaria est une ville située sur l’île de Tenerife avec un large accès à l’océan côté est. Située à moins de 20km au sud de la capitale Santa Cruz, Candelaria est surtout connue comme lieu de pèlerinage.

À l’époque guanche au 14ème siècle, une représentation de la vierge Marie a été découverte sur la plage de Güímar. De style gothique, elle fût conservée et vénérée par les autochtones sous le nom de « Chaxiraxi ». Lorsque les conquérants européens débarquèrent sur l’île, plusieurs églises furent érigées et depuis, les lieux sont incontournables dans la vie religieuse de l’île. Placée au 15ème siècle dans la grotte d’Achbinico, la relique disparut au 19ème siècle à l’occasion d’une violente tempête. Cela n’affecta pas la dévotion des insulaires qui reproduisirent son image et viennent en masse chaque année, le 15 août, célébrer la vierge Marie.

basilique de Candelaria

Place et basilique de Candelaria

Candelaria est aujourd’hui une ville de 28000 habitants. Enchassée entre la montagne au nord-ouest et l’océan à l’est, la ville occupe les bords de mer et s’aventure dans les contreforts de la montagne verdoyante. Côté mer, le sable est noir et les plages nombreuses. L’atmosphère est celle d’une ville balnéaire tranquille : il y a beaucoup de touristes mais l’authenticité des lieux n’en semble pas vraiment contrariée. Le front de mer est agréable et les restaurants de poissons sont nombreux. Les ruelles de la vieille ville sont charmantes et les habitations colorées. On s’y perd volontiers pour mieux ressortir, quelques recoins plus loin sur une rue un peu plus large ou offrant une vue sur la nature et l’océan.

En parallèle de la ville historique se trouve des constructions plus récentes dédiées aux loisirs et au tourisme essentiellement. Le bétonnage compulsif que l’on peut retrouver dans d’autres destinations a plutôt épargné Candelaria et on ne retrouve pas sur place la désagréable sensation de certaines villes-usines à touristes. L’autoroute TF-1 longe la rive est coupe la ville en deux : côté mer, habitations denses, zones culturelles et de loisirs. Côté montagne, zones résidentielles et champs en espalier face à l’océan.

Ce qu’il faut voir à Candelaria

La grand place (Plaza de la Patrona de Canarias) avec les statues des rois aborigènes « Les Menceyes » est incontournable. Récente (1959), cette place est le point central de la ville et c’est ici que se déroulent les principales manifestations. Face à la mer, les neuf statues des rois guanches rappellent les neufs territoires de l’île avant la domination espagnole. Ces statues de bronze sont l’oeuvre de l’artiste local José Abad. Les sculptures précédentes des rois guanches, en pierre rouge, sont désormais visibles – mais en mauvais état – sur l’avenue des Menceyes (Rambla de los Menceyes plus au nord de la ville).

los Menceyes

Les neufs rois guanches

Accolée à la grand place, la basilique (Basílica de Nuestra Señora de Candelaria) culmine à 45m de hauteur et dénote des églises classiques avec ses belles couleurs alternant l’ocre et le blanc. Construite en même temps que la place à la place d’une ancienne église, il s’agit d’un bâtiment d’inspiration régionaliste composé de 3 nefs. Des peintures murales décorent l’intérieur de la basilique et on y trouve naturellement la représentation de la vierge noire de Candelaria.

Le couvent des dominicains est situé à côté de la basilique face à l’océan. Il abrite un petit musée dédié à l’histoire du culte de la vierge de Candelaria. Il faut le contourner puis avancer d’une centaine de mètre après avoir dépassé la basilique en longeant la rive pour atteindre l’ermitage de San Blas et la grotte d’Achbinico, lieu ou l’image de la vierge a d’abord été exposée. Cette caverne exposée à la mer ne fait pas plus de 5m de haut et contient une petite statue, réplique de la vierge de la basilique. Les lieux ont aussi un intérêt archéologique pour les scientifiques spécialistes de l’époque guanche.

Autre église intéressante, on peut citer Santa Ana, présente depuis 1575 et dont seul le clocher fait en pierre sombre se détache du reste de la ville. Après avoir poussé les lourdes portes de bois de l’édifice, un Christ en croix en bois sculpté de style baroque ainsi qu’une image de sainte Anne s’offrent aux yeux des visiteurs. Pour y accéder, il faudra emprunter quelques ruelles raides et tortueuses avant de tomber nez à nez devant la volée de marche qui amène à la placette face à l’église.

Le front de mer est équipé d’un longue promenade pavée, l’Avenida Maritima. C’est ici que se pressent les touristes mais c’est une balade agréable entre océan, palmiers, roche noire et magasins de bord de mer. Très touristiques aussi, la Calle de La Arena est une des rues commerçantes majeures de Candelaria.

Il y a aussi plusieurs plages à Candelaria mais ce sont les plages de las Arenas et Punta Larga qui attirent le plus de monde. Il s’agit de plages équipées. D’autres plages plus petites et plus sauvages complètent l’offre de plages de Candelaria.

candelaria, ville moderne et ville ancienne

Candelarie vue depuis les hauteurs juste derrière la basilique

Grands événements sur Candelaria

Les fêtes religieuses sont les principaux événements locaux. Il y en a quasiment tous les mois de l’année mais les principaux sont :

  • Fête de la vierge Marie : le 2 février. Moins prisé que les autres pèlerinages à cause des conditions météo, ce pèlerinage continue d’attirer son lot de fidèles ;
  • Fêtes del Carmen et de Santa Ana : en juillet
  • Fête de l’assomption : le 15 août. Des milliers de visiteurs se dirigent vers Candelaria depuis les 4 coins de l’île pour honorer la sainte vierge. Certains pèlerins en provenance de Santa Cruz ou San Cristobal marchent de nuit pour atteindre à temps la basilique de Nuestra Señora de la Candelaria. Pour les pèlerins situés de l’autre côté de l’île, il faut 3 jours de marche à travers les montagnes pour arriver en temps et en heure. Les parcours principaux font entre 15 et 30 kilomètres.

Venir et loger sur Candelaria

Il est facile et pas très onéreux de loger sur Candelaria. Le seul point de vigilance consiste à éviter les jours de grande affluence causés par les fêtes religieuses. Le reste du temps, la ville balnéaire est très agréable.

Loger dans le centre historique est l’assurance de vivre une expérience authentique mais la plupart des hébergements se situent dans les quartiers plus récents au nord est et au-dessus de l’autoroute. C’est aussi sur les hauteurs que se trouvent les logements avec piscine privée. Pour faire simple :

  • Ville ancienne : situation idéale pour se déplacer à pied et profiter du charme des vieilles pierres ;
  • Quartiers récents du nord-est : immeubles balnéaires avec piscines de résidences. Proximité de tout ;
  • Sur les flancs de la montagne : maisons, belles propriétés avec piscine et espace mais moyen de transport nécessaire.

Pour arriver jusqu’à Candelaria, il faut compter maximum 30 minutes de voiture depuis San Cristobal ou Santa Cruz. Si vous arrivez en bateau ou en avion, il faudra donc trouver un moyen de locomotion pour parcourir les 25km qui vous emmèneront jusqu’à Candelaria.

Depuis le port de Los Cristianos ou depuis l’aéroport de Tenerife Sud, la route est plus longue : en passant par l’autoroute TF-1, il faut compter entre 40 et 60 minutes de trajet.

Dans tous les cas, les bus sont un bon choix pour se rendre jusqu’à Candelaria. En solution de secours, les services de taxis sauront vous dépanner.